Loading...


Bienvenue sur le site de l'Association des Motocyclistes Gais du Québec (AMGQ), une association ouverte à tous les motocyclistes gais du Québec et d'ailleurs.

 

Bonne visite!



fierte

L'AMGQ d’aujourd’hui à hier.

 

Amorcée en 2004, à l’occasion du 15e anniversaire, cette histoire a été augmentée ensuite par le camgqomité organisateur du 20e anniversaire (2009) et mis à jour successivement. Collaborateurs : André Faivre, Guy Tessier, Pierre Belleau, Denis René, Raynald Belley, Pierre Ravary, Luc Quintal et Jacques Lessard

Depuis 1989, l'Association des motocyclistes gais du Québec (AMGQ) travaille à regrouper tous les motocyclistes gais habitant le territoire du Québec, à briser leur isolement, particulièrement de ceux qui demeurent en dehors des grands centres urbains. Elle travaille également à assurer et à valoriser la présence des siens dans le monde de la moto et dans la communauté gaie.

Cette implication, à la fois dans le monde motocycliste et dans le monde gai, ne s'est pas faite seule et sans raison. Depuis ses débuts, l'AMGQ s'est associée avec les autres associations motocyclistes du Québec pour contribuer de son mieux à la promotion et à la défense des droits de tous les motocyclistes, en devenant membre de la Fédération motocycliste du Québec (FMQ, www.fmq.qc.ca). Par la suite, l'AMGQ a procédé pareillement, et dans le même esprit, dans le monde gai en devenant successivement membre de la Coalition des organismes des minorités sexuelles du Montréal métropolitain, de l'Association des lesbiennes et des gais sur Internet (Algi, www.algi.qc.ca) et finalement, de la Table de concertation des lesbiennes et des gais du Québec (aujourd'hui Conseil québécois des gais et lesbiennes, www.cqgl.ca). Il est à mentionner que l'association s'est aussi jointe au mouvement communautaire ayant donné naissance au défilé de la fierté gaie à Montréal (Célébrations de la Fierté Montréal).

Depuis 1989, l'AMGQ organise et favorise la tenue, par et pour ses membres, d'activités et de services dans la pratique du motocyclisme et dans le développement des connaissances et des habiletés relatives au motocyclisme.

Ce texte cherche en autant que faire se peut à rendre compte de cet intense travail associatif accompli depuis 1989 par des personnes de cœur et de courage. Nous sommes tous très fiers de notre histoire.

Bonne lecture!

(Ce texte a bien entendu une suite, à nous maintenant de l'écrire! Merci d'emblée aux plus de 450 membres, à nos partenaires d'affaires, merci à tous ceux et celles (eh oui! quelques filles dont Sylvie Ravary, Ani Malkhassian - en membres honoraires !) qui ont travaillé au succès et à la longévité de l'Association des motocyclistes gais du Québec : notre association!).

2014 - 2015

(Dissolution de l'AMGQ) : En raison du manque d'implication au renouvellement du conseil d'administration, L'AMGQ a procédé à une assemblée spéciale le 7 février 2015 pour dissoudre l'AMGQ. Il a été convenu de laisser tomber la raison sociale et de maintenir seulement le groupe sur FACEBOOK.

2013

25e anniversaire

2012

L’année 2012 s’ouvre pour nous avec une foule de projets tous plus stimulants / emballants les uns que les autres, dont une participation au salon de la moto de Montréal en février. Nous vous invitons à suivre l’action en consultant le calendrier d’activités.

Avis à tous les motocyclistes gais, venez partager votre passion avec nous, devenez membres !

2011

Cette année ne passera pas à l’histoire comme étant la meilleure pour l’association, peu s’en faut. Météo : il a venté, plu. Nos gars sont ailleurs. Toutefois, le président de l’AMGQ, Luc Quintal, a été nommé au printemps « personnalité socioculturelle 2011 » par Équipe Montréal, la fédération des groupes sportifs et récréatifs LGBT. Quelques membres participent au défilé de la Fierté à Toronto en juin. Le rassemblement annuel est magistral au Camping Plein-Bois. En plus d’un souper gastronomique, un défilé a lieu en après-midi. Notre collègue Mario Chabot a même été élu à cette occasion « M. Cuir ». Bel événement : une balade du côté de Montpellier au Vermont.

Cela dit, on a eu une fin d’année pour le moins historique avec la désaffiliation de l’AMGQ de la Fédération motocycliste du Québec (FMQ). Une décision prise en assemblée générale spéciale. L’occasion est belle de réinventer l’association. C’est à quoi s’emploiera le conseil d’administration soutenu par une équipe renouvelée aux communications chapeautée par le vice-président Sébastien Tisserand.

2010

Cette année, le responsable des activités offre un calendrier neuf à 100%, toutes les activités proposées sont inédites. De plus, certaines d’entre elles se font en collaboration avec le groupe gai issu de l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA, www.acfareseaux.qc.ca), ce qui nous permettra de découvrir en même temps des coins de pays et des gars intéressants.

Cette année, l’AMGQ innove sur la scène motocycliste nord-américaine en tentant de devenir la première association écoresponsable et carboneutre. C’est un beau défi écologique qui va passablement nous mobiliser au cours des prochaines années. C’est un dossier à suivre. Le rassemblement annuel est une réussite sur toute la ligne, il a lieu au Camping Plein-Bois. René Laroche et son chum l’ont « pris personnel » avec une organisation impeccable. On en redemande.

On termine l’année avec un nouveau conseil d’administration élu à l’assemblée générale. Il sera composé comme suit : Luc Quintal, président, Luc Tremblay et Sébastien Tisserand (vice-présidents), Martin Cyr, trésorier, Danis Therrien, secrétaire.

2009 – 20e anniversaire

C’est l’année du 20e anniversaire de l'AMGQ! Le président, Réjean Duguay, nous convie à un événement de lancement de saison au bar Stud. Des CD seront distribués contenant, entre autres, la première histoire illustrée de l’AMGQ, une réalisation intéressante qui permet de voir le chemin parcouru depuis 1989.

René Laroche, responsable des activités et les membres de son comité (François Tremblay, Gaston Cantin et Raynald Belley) nous proposent un calendrier relevé avec un bel équilibre balades les samedis et dimanches. Le rassemblement a lieu à Ogunquit (Maine) avec une formule « libre service » et à son rythme.

On termine cette année de commémorations avec un nouveau conseil d’administration. Luc Quintal reprend la présidence. Il pourra compter sur des « vétérans » et de nouveaux membres dont : François André Sperano (secrétaire), Réjean East (trésorier), les vice-présidents Luc Tremblay et René Laroche.

2008

Le calendrier 2008, coordonné et mis en place avec cœur par l'excellent Raynald Belley, comporte 48 activités. Du nombre, on compte notre participation au salon de la moto de Montréal, en association avec la FMQ, au Palais des congrès, en février. L'AMGQ est également présente à la Gay Pride de Toronto, puis, en août, à celle de Montréal.

Une nouveauté des plus heureuses : c'est chez notre collègue Gaétan Beaulieu, à Château Richer, près de Québec, qu'a lieu notre rassemblement annuel. L'amitié et la chaleur humaine tout autant qu'un somptueux repas aident grandement à se réchauffer malgré la pluie!

La rue Sainte-Catherine dans le Village est transformée cette année en zone piétonnière, ce qui ne facilite pas le rassemblement des motocyclistes qui doivent néanmoins composer avec le fait. Aussi, un nouveau point de départ est déterminé : le Dépanneur du Village, la propriété d'un membre estimé, Mario Beaulieu.

Du nouveau à l'assemblée générale d'automne, une nouvelle équipe est mise en place ayant à la présidence Réjean Duguay, appuyé des vice-présidents Éric-Yves Pillet et Pierre Bisson, du trésorier Réjean East et du secrétaire François André Sperano.

2007

Année assez difficile pour le monde motocycliste d'ici. Les annonces sur les grilles tarifaires de la Société d'assurance automobile du Québec (SAAQ) pour 2006-2007 ont fait beaucoup jaser. Des augmentations telles que nous n'en n'avons vues depuis bien des années. Évidemment, le choc est ressenti jusque dans les associations, d'où un nombre peu élevé de nouveaux adhérents.

Malgré tout, des randonnées des plus intéressantes telles que New York, Toronto, le lac Sacacomie, Stowe, etc., remportent des succès de participation. Au calendrier général qui compte plus d'une cinquantaine d'activités, on trouve des nouveautés : randonnées de soir, les «pleines lunes» - moonlight. Les randonnées de fin de semaine ont été réparties également entre le samedi et le dimanche afin d'accommoder les horaires du plus grand nombre de membres. On participe pour une troisième année consécutive à la Gay Pride de New-York, un trajet prévu par Adam's Roy. Notre rassemblement annuel a lieu chez notre collègue Mario Chabot, à Granby. Un nouveau succès! Mario et son compagnon de vie, Serge, soulignent alors leur anniversaire de vie de couple.

Nouveau point de départ au Tim Hortons.

En cours d'année, on procède à des ajustements techniques du site web. En effet, pour assurer un service plus adéquat aux membres et aux visiteurs, on change de serveur

2006

L'année 2006 débute avec une nouvelle équipe formée d'Adam's Roy, le nouveau président, entouré de Benoît Perreault et Raynald Belley, vice-présidents, de Guy de Senneville, à la trésorerie, et toujours... Daniel Cutti, au secrétariat!

Tout en conservant la forme initiale conçue par Pierre-André Vaillancourt (concepteur web), le site web est modifié et prend une autre allure. Les nombreuses photos d'activités accumulées au cours des ans par l'AMGQ sont répertoriées minutieusement afin de les afficher dans le site. On s'en doute, un travail de moine exécuté avec patience par Stephen Thibault. Au salon de la moto de Montréal, l'AMGQ se démarque par la démonstration du lever d'une moto couchée sur le côté, une attraction réussie!

La journée «dérouillage et sécurité» du printemps remporte aussi un grand succès. Pas moins de 20 membres y participent, et ce, sous le regard des organisateurs : Guy Drapeau, Allan Vallente et Adam's Roy.

2006 est une année marquante pour la communauté LGBT du Québec, c'est celle des Outgames mondiaux. Notre calendrier est chargé, 104 activités y figurent incluant celles du volet 418 qui étaient nombreuses, alors que le volet sport perd en popularité. Toutefois, notre participation à la Gay Pride de New-York est encore un succès. Merci Adam's! Certains membres voyagent vers le Nouveau-Brunswick et le rassemblement annuel se tient, cette fois, chez notre collègue du Bas-Saint-Laurent, Magella Dionne à La Pocatière.

Enfin, avec l'évacuation de l'édifice abritant le Presse-Café, il y a un nouveau lieu de ralliement pour les départs : le Second Cup, rue Sainte-Catherine.

2005

Un nouveau défi se présente à l'AMGQ en 2005 : le volet «418». Après des années d'amitié, de complicité et d'échange, nos collègues des Mecs de Québec reviennent à l'association. C'est le début d'une ère nouvelle pour nous tous. Le volet 418 favorise l'accueil de plusieurs motocyclistes de la grande région de la Capitale Nationale dans son ensemble (Lac Saint-Jean, Québec, Rimouski, Beauce, etc.). Le calendrier général des activités - le plus ambitieux de notre histoire - est décentralisé. Les départs de balades ont lieu de Montréal comme de Québec... en plus des départs improvisés du volet sport! À n'en pas douter, on peut faire beaucoup quand toutes les énergies sont conjuguées!

Fait spectaculaire : notre participation au défilé de la Fierté à New York, initiée par Adam's Roy. L'AMGQ marque des points et se positionne avantageusement parmi les autres associations gaies nord-américaines. La preuve : des motocyclistes gais de Toronto nous approchent pour former un groupe dans cette ville! Le volet sport, pour sa part, va pour le mieux et regroupe pas loin du tiers des membres actifs. Pierre Beaulieu nous offre un nouveau club-nite au Stud, une autre réussite!

En terminant l'année avec ses 190 membres, l'AMGQ fait partie des dix meilleures associations de la FMQ au plan des adhésions et devient la plus importante association du genre dans la Francophonie. À l'assemblée générale de novembre, une nouvelle équipe est formée autour du 6e président : Adam's Roy.

2004 – 15e anniversaire

Année du 15e  anniversaire de notre association. Une nouvelle bannière voit le jour. Les rêves les plus fous sont permis. Le plus cher est sans doute le retour d'un maximum de membres encore motocyclistes et la venue de nouveaux!

Le calendrier d'activités, tout comme le renouvellement de nos façons de faire, témoignent à nouveau de notre maturité associative. Outre certains événements importants, dont le beau voyage à Bar Harbor organisé par Gaston Cantin et des commémorations nombreuses, l'événement motocycliste majeur de cette année est sans contredit la «Grande virée du 15e». Organisé par Guy Tessier, celui de nos membres qui parcourt le plus de chemin, saison après saison, et Jacques Lessard, notre 2e président, ce rallye de trois semaines à travers presque tout le territoire du Québec (avec une pointe vers Toronto) nous permet de visiter presque toutes les régions où habitent nos membres!

Autre point marquant : la mise sur pied du volet sport de l'AMGQ, initiée par Sylvain Lemieux et Daniel Sirois. Il permet enfin aux gais passionnés de moto sportive de partager leur plaisir et aussi d'accueillir un nombre grandissant de membres plus jeunes. Un nouveau venu se joint au CA : Adam's Roy, qui succède à Richard Lussier à la vice-présidence. Le président de l'AMGQ, Luc Quintal, cumule également la présidence de l'AMM et occupera le poste jusqu'en 2007.

On termine l'année avec près de 150 membres.

2003

Un début d'année avec une belle venue : le retour de Stéphane Gagnon à l'équipe des bénévoles à titre de conseiller technique. Il fera la mise au point d'une base de données et d'outils de travail qui nous permettront enfin de sortir un portrait statistique du membership, comportant une panoplie de caractéristiques dont les marques de moto, l'âge des membres, le nombre d'arrivées et de départs au fil des ans, etc. Grâce à Stéphane, le travail de notre secrétaire prend véritablement le virage électronique.

Grande nouvelle : l'acceptation de l'AMGQ, à titre de «membre ami», au sein de la Gay and Lesbian Motorcyclists of Europe (GLME, www.glme.org), une fédération de près de 1 200 motocyclistes lesbiennes et gais d'Europe répartis dans une douzaine de pays.

Notre présence au Salon de la moto de Montréal ne passe vraiment pas inaperçue - encore ! C'est, à n'en pas douter, une expérience intéressante pour les bénévoles de voir les comportements des gens : surprise, agacement, approbation et signes d'encouragement. Par cette présence active, nous continuons le travail de sensibilisation à la réalité des gais dans la société. La première édition du club-nite au Stud, organisée par Pierre Beaulieu, est un succès sur toute la ligne : de nombreux motocyclistes décident alors de se joindre à nous.

À l'assemblée générale, un nouveau se joint au CA : Gaston Martin, qui devient vice-président en remplacement du démissionnaire Marc Ferland. En cours de mandat, ce dernier aura récolté des avantages aux membres, sous forme de rabais, auprès de nombreux commerçants.

Enfin, un autre revirement... technologique : Le Motographe, brièvement présenté en format pdf, devient alors complètement numérique et passe en format html. Cette voie électronique suit une tendance marquée: près de 80 pour cent des membres de l'AMGQ sont branchés. Au cours de l’automne, le président de l'AMGQ devient trésorier de l'Alliance motocycliste métropolitaine (AMM), le regroupement des associations motocyclistes de la région métropolitaine affilié à la FMQ.

2002

« Si tout va dans le sens de nos espérances, nous sommes en route vers 200 membres! », c'est le mot d'ordre en ce début d'année. Tous les espoirs sont permis. Pourquoi pas, nous avons tous les outils nécessaires pour assurer le développement durable de notre avenir : un bulletin d'information, un site web, une «permanence» dans le Village...

Un nouveau venu à l'équipe, Richard Lussier, accepte de travailler au dossier des activités. On le verra également en charge de notre site web mais surtout d'un ambitieux plan de rajeunissement de «l'image corporative». Richard est en outre celui qui portera aussi la réflexion collective sur l'admission ou non des motocyclistes lesbiennes au sein de l'AMGQ. Le débat est lancé! Des événements marquent la saison : le lancement de saison est un succès, une première édition réussie d'un souper-rencontre a lieu chez le concessionnaire Alex Berthiaume et fils, et Pierre Ravary nous entraîne au mont Washington. Réjean Duguay entre dans le groupe des bénévoles et contribue de façon significative aux activités, particulièrement par des envois réguliers de courriels. Le rassemblement annuel a lieu cette fois au camping Domaine Gay-Luron avec la participation de 20 membres. C'est un succès malgré le groupe restreint.

Une fois de plus, notre présence au défilé de Divers/Cité est remarquée grâce au travail bénévole de Harold Duchesne et de Réjean Montpetit. Des contacts précieux de Réjean nous assurent un camion «tout équipé» et une remorque sur laquelle trône une imposante Honda ST1100 - il y a du Ravary là-dessous! L'AMGQ ne passe pas non plus inaperçue au premier défilé à Québec. De plus, notre visibilité internationale est assurée par un article dans le bulletin d'information du Gay Moto Club (GMC), une association de motocyclistes gais de la France dont le président d'alors est également membre de l'AMGQ.

Nouveau venu à l'équipe, Guy de Senneville prend la relève d'André Émond à la trésorerie; ce dernier prend en charge le dossier des Productions Motobec.

2001

À la suggestion de Raymond Marleau, une nouveauté importante cette année : la tenue d'un brunch le premier dimanche du mois. Ces rencontres dominicales s'ajoutent à la tradition des soupers mensuels des troisièmes mercredis. Tout comme pour les soupers, les brunchs durant la période estivale sont itinérants. André Émond revient avec la seconde édition du Grand prix de karting. La formule «lancement de saison» en trois étapes remporte à nouveau un succès : balade, cocktail (5 à 7) et souper.

L'AMGQ se rend à moto à la marche contre l'homophobie à Pointe-Claire (soutien à la cause de Roger Thibault et Théo Wouters, deux gais victimes de harcèlement) et se positionne de plus en plus dans le monde communautaire. Le nouveau vice-président, Pierre Beaulieu, webmestre d'alors, met sur pied une nouveauté : un groupe électronique (e-group) facilitant grandement les communications. Il crée également un site miroir, multipliant par deux notre présence dans Internet. De plus, une nouvelle Convention est présentée aux membres.

Autre bon coup, la couverture de Le Motographe devient toute en couleurs, un premier pas vers une version «à la hauteur de nos rêves»! 2001 sera une année record au plan des adhésions, Jean-André Labrie devient notre 100e membre actif au cours d'une même saison! Ensuite, le nombre de membres ne cessera d'augmenter d'année en année, fracassant record après record. Côté visibilité, deux articles sur l'AMGQ paraissent, un dans le Journal de Montréal et un autre dans The Gazette. Réjean Montpetit fait pour sa part la une du Devoir (il fera aussi sensation l'année suivante à la Fierté de Québec!). Le premier ministre du Québec, Bernard Landry, effectuera une apparition remarquée à notre stand d'information au moment de la journée communautaire de Divers/Cité.

Nouveau conseil d'administration formé de Dany Derkenne et Pierre Beaulieu (vice-présidents), André Émond (trésorier), Daniel Cutti (secrétaire) et Luc Quintal (président)

2000

Notre collègue André Émond organise en mars la première édition du Grand prix karting AMGQ au Circuit 500 sur la rue Hochelaga à Montréal. En assemblée générale, l'AMGQ entérine le choix de l'organisme Gai Écoute comme cause officielle à soutenir. Nous acceptons alors de donner 10 p. 100 de nos profits annuels afin d'aider financièrement et de notre mieux cet organisme qui, tout comme l'AMGQ, offre des services à la grandeur du Québec. L'association décide également d'être plus présente dans sa communauté et devient membre de la Table de concertation des gais et lesbiennes du Québec (TCGLQ, maintenant Conseil québécois des gais et lesbiennes, www.cqgl.ca). Cela manifeste clairement la maturité de l'AMGQ.

Un lancement de saison est proposé, un concept nouveau genre comprenant un cocktail avec les amis de l'AMGQ et les membres de Gai Écoute (5 à 7), un souper collectif et un club-nite (en soirée). Cet événement sera maintenant la norme, au printemps. La formule plaît à tous. Au nombre des activités, André Émond nous suggère une chasse au trésor dans l'ouest de l'île de Montréal. Le run annuel se tient de nouveau à L'Étincelle (Saint-Alphonse-de-Rodriguez).

Du nouveau pour les soupers mensuels : au lieu de se faire toujours au même endroit, les soupers en belle saison deviennent itinérants et se déplacent d'une région à l'autre dans la grande ceinture métropolitaine. Une idée qui vise à favoriser la décentralisation des activités. Preuve de notre rayonnement national : un couple de Nouvelle-Écosse, Daniel et Norval, se joint à nous. En cours d'année, Luc Quintal prend la direction de Le Motographe. Pierre Ravary en assure la mise en page.

À l'assemblée générale de novembre, un nouveau conseil d'administration est formé autour de Luc Quintal à la présidence : André Dépôt et Pierre Beaulieu deviennent tous deux vice-présidents, André Émond conserve la trésorerie et Daniel Cutti poursuit au secrétariat. Bruno Benoît, aidé de Pierre Croteau, succède à Michel Méthot pour la gestion des Productions Motobec (articles promotionnels).

On termine l'année avec près de 87 membres.

1999 – 10e anniversaire

Cette année de 10e anniversaire est marquée par notre participation à la Gay Pride de Boston et un second club-nite au ToolBox à Toronto, mais également par une participation massive et remarquée à Divers/Cité. Grâce à l'énergie de Roland Plouffe, aidé de Réjean Montpetit, l'AMGQ arbore fièrement un char coloré sur lequel il y a la banderole du 10e anniversaire. L'AMGQ est partout : un article à la une avec le vice-président, Denis Ouellet, dans Fugues, un autre dans RG, une reprise du reportage à l'émission Sortie Gaie et, finalement, la distribution d'un encart dans le catalogue d'automne de Priape publié à plus de 20 000 exemplaires. Opération visibilité, réussie! De plus, un véritable site web succède à la page web et une adresse Internet propre à l'AMGQ voit le jour grâce au travail bénévole de Raymond Marleau, un pilier de l'AMGQ, nous assurant ainsi un plus grand rayonnement. Notre site web contribue à une visibilité permanente et stable; l'AMGQ devient alors membre de l'Association des lesbiennes et gais dans Internet (ALGI, www.algi.qc.ca).

Le rassemblement annuel brille de tous ses feux à L'Étincelle, une base de plein air de Saint-Alphonse-de-Rodriguez. Ce sera notre rendez-vous annuel des deux années suivantes. Un point de ralliement dans le Village est convenu : le tout nouveau Presse-Café, mis sur pied par notre collègue Réjean Montpetit et son partenaire Daniel Lacroix. Cette décision contribue de façon significative à rassembler la communauté (amis, membres et futurs membres) de l'AMGQ. À défaut d'avoir un local permanent, comme on le voudrait, nous avons enfin un point de ralliement accueillant et chaleureux. Grâce à cette «permanence», l'AMGQ voyage désormais à la vitesse grand V.

À l'assemblée générale, le trésorier d'alors, André Dépôt, devient le 4e président de l'AMGQ. Son équipe est composée de Denis Ouellet et de Luc Quintal, tous deux à la vice-présidence. De son côté, André Émond succède à André Dépôt à la trésorerie et Daniel Cutti continue son excellent travail au secrétariat.

1998

Yves Paquette produit son dernier numéro de Le Motographe laissant alors le montage aux soins de Réal Lefebvre, de Fugues. (Réal est le compagnon de Luc Généreux, un membre fondateur!) Jacques Lessard laisse la présidence après trois ans à ce poste. Sa contribution ne sera oubliée! C'est le vice-président de l'époque, Pierre Ravary, qui devient notre 3e président et le demeure pour les deux années suivantes. Si Jacques Lessard a eu le mandat premier d'assainir les finances de l'association, Pierre Ravary et son vice-président, Pierre Belleau, sauront consolider la situation financière de façon remarquable. Les solides assises pécuniaires des années subséquentes sont la conséquence de leurs efforts. Pas moins de 10 000 $ sont récoltés en peu de temps, c’est énorme!

Le rassemblement annuel pose un problème particulier : La Chasse-galerie a fait faillite et on apprend la nouvelle à la dernière minute. Le rassemblement se transporte alors à Ayer's Cliff. Le vice-président, Denis Ouellet, prend la direction de Le Motographe. L'AMGQ participe à la Gay Pride de New York. Pendant l'été, dans un effort pour faire connaître davantage l'AMGQ, on tourne un reportage pour Sortie gaie, une émission diffusée sur les ondes de Canal Vie et dont notre membre, Patrick Brunette, deviendra le réalisateur.

Pendant l'hiver, le souper du mercredi qui avait toujours lieu (été comme hiver) à la Brasserie La Mère Clavet (rue De La Gauchetière Est) se déplace au Resto du Village (rue Wolfe). Guy Tessier quitte le conseil d'administration après plusieurs années de contribution. En juin, un café-rencontre avec l'AMM est planifié pour la première fois à l'Hôtel Bourbon, rue Sainte-Catherine Est, dans le Village. Le projet est encore une fois de faire connaître l'AMGQ dans la communauté gaie et auprès des autres motocyclistes de la FMQ. Malheureusement, au grand désespoir de son organisateur, Pierre Belleau, les pluies diluviennes forcent l'annulation de l'événement. À la Fête du travail, nous tenons un premier club-nite au Toolbox à Toronto.

1997

En fin d'année 1997, se tient le vote décisif sur l'adhésion ou non de tous les membres sans exception à la Fédération motocycliste du Québec (FMQ), ayant pour effet de rendre notre adhésion individuelle obligatoire à la Fédération. La carte de membre, alors à 30 $ par personne, passe à 65 $. En signe de protestation, plusieurs membres décident de ne pas renouveler leur cotisation. Le membership retombe à un niveau assez bas, plus que 46 gars dans les rangs. Un bien triste moment à passer. Parmi ceux qui ne renouvellent pas leur carte de membre, on compte « en bloc » tous les membres de la région de Québec (et alentours) qui décident de former leur propre association : Les Mecs. Comme cette association s'est constituée pour ainsi dire à l'insu de tous, voire en réaction, il en résulte un froid entre les membres des deux associations, ce qui, malheureusement, met à rude épreuve de belles amitiés forgées de longue date.

À l'assemblée générale de février, on a déjà un calendrier à proposer. On le prépare de plus en plus tôt dans la saison, au grand bonheur des membres qui peuvent alors planifier leur saison à l'avance. Serge Goyette concocte le premier calendrier en format poche, jugé plus pratique. Le même mois, il propose une révolution dans la visibilité de l'AMGQ : une page web qu'il réalise et que Yves Paquette et son copain, Mike Arnold, hébergent sur leur adresse Internet. Le rassemblement annuel se tient pour une seconde fois à La Chasse-galerie, en Estrie.

1996

En février, nous recevons la visite de l'Association des femmes motocyclistes du Québec (AFMQ), dont une bonne part des membres de l’époque sont lesbiennes. Le printemps donne lieu, pour sa part, à un club-nite au K.O.X. auquel participe le club Bolo. Le volet «démo» de ce club nous donne alors tout un spectacle de danse. En juillet, le service de la boîte vocale est instauré pour obtenir des messages à jour sur les activités. Vu l'accessibilité accrue à Internet et au courrier électronique, le maintien de la chaîne téléphonique, alors sous la responsabilité d'André Charbonneau, est jugé caduque et disparaît.

Autre fait saillant, le café-rencontre de l'AMGQ, sous les auspices de l'Alliance motocycliste métropolitaine (AMM, conseil régional de la FMQ) dont l'association est membre, attire 317 motocyclistes au McDonald de la rue Notre-Dame Est. Cet été-là, nous avons une première sortie à Boston et sommes hébergés chez les Boston Riders MC. À la dernière minute, on confie à Daniel Lamontagne la responsabilité d'organiser notre participation à Divers/Cité. Enfin, le rassemblement annuel se tient pour la première fois à La Chasse-galerie à La Patrie, en Estrie.

En septembre, notre premier secrétaire, Miguel Degiovanni remet sa démission. C'est Daniel Cutti qui le remplacera et qui occupera le poste pendant de nombreuses années. Octobre, une consultation sur notre appartenance à la FMQ a de nouveau lieu. Il est convenu de prévoir un vote sur la question. En novembre, une bien triste nouvelle nous frappe : alors qu'il se rendait en Floride en vacances, un de nos membres, Serge Delisle, est victime d'un accident fatal à moto sous l'œil horrifié de notre collègue, Normand Lamothe qui l'accompagnait. Finalement, Denis René prend la direction de Le Motographe pour deux ans et Michel Méthot prend en charge les Productions Motobec. On finit l'année avec un record de 81 membres.

1995

Nouveau président à la barre de l'AMGQ : Jacques Lessard. Pour la seconde fois dans son histoire, le débat entourant l'adhésion de tous les membres à la Fédération motocycliste du Québec (FMQ) reprend. En effet, bien qu'une décision ait déjà été prise dans ce sens - l'AMGQ est affiliée - elle n'avait pas encore été appliquée à l'ensemble des membres. Certains sont fédérés sur une base volontaire, d'autres pas. La FMQ s'impatiente et augmente la pression pour résoudre cette situation. Il faudra toutefois attendre 1997 pour que la situation se régularise enfin.

On reçoit cette année-là, et ce, pour la première fois, la visite des Riders MC de Boston et le rassemblement annuel se tient à la base de plein air Aux sommets, à Sainte-Catherine-de-Katevale, en Estrie. En novembre, les dettes accumulées de l'AMGQ sont payées. Enfin! Plusieurs de ces dettes avaient été contractées envers les membres dans le fameux dossier des pièces de monnaie. Cela dit, un conflit d'horaire entre Divers/Cité et le run fait en sorte que nous sommes absents de l'édition '95 de la Fierté gaie à Montréal. Fin de l'année : 78 membres.

1994 – 5e anniversaire

En janvier, le projet de 1993 s'actualise : c'est la première émission des pièces de monnaie. Un banquet à la Brasserie La Mère Clavet, rue De La Gauchetière Est, marque heureusement le 5e anniversaire de l'association et des épinglettes commémoratives sont alors remises aux membres présents. Pour la première fois, Le Motographe fait mention du slogan «Bien dans ma peau sur ma moto». Événement majeur : l'association est présente au Salon de la moto de Montréal en février. L'événement fait jaser (et pas un peu!). Par ce geste audacieux, l'AMGQ fait un travail militant. Le stand est magnifique, le fruit d'une collaboration avec notre collègue entrepreneur en construction Jacques Pépin. On y expose : chandails, écussons (petits et grands), épinglettes, drapeau et moto. Trois membres prennent place : Daniel Lamontagne, Marc Gauthier et André Faivre.

Guy Tessier organise une sortie à la Baie James pendant les vacances estivales. En octobre, Yves Paquette commence à faire la mise en page de Le Motographe. Yves le fera jusqu'en 1998. Pierre Belleau se joint au conseil d'administration. Au cours de l'été ont lieu des club-nites, nos «mot'heures» (ou heures de moto), l'un au Katacombes (avec un profit de 1 120$), puis deux autres au bar Le Mâle, à Québec. C'est à nouveau une réussite pécuniaire.

Moins réjouissant, en 1994 et 1995 paraissent des annonces funéraires dans notre journal. Plusieurs membres aux prises avec le sida meurent au cours de cette période mais, heureusement, le nombre de décès diminue les années suivantes. On compte pas moins d'une vingtaine de décès liés à la maladie durant les plus de vingt années d'existence de l'AMGQ.

On termine l'année avec 69 membres.

1993

Année pour le moins difficile pour l'association. En effet, on ne constate que deux parutions du bulletin Le Motographe et le membership n'augmente pas comme on le souhaiterait. Mais c'est aussi à cette époque que le journaliste-motocycliste Guy Tessier, de Gatineau, reprend dans le bulletin la rédaction des «Motostar», une chronique très appréciée initiée par André Faivre, qui présente le portrait des nouveaux membres.

En octobre, on crée un comité dont l'objectif est de développer le projet d'une levée de fonds par la vente de pièces de monnaie qui seraient frappées au nom de l'association. Pour chaque item vendu, un montant d'un dollar serait remis à la Maison René, de Trois-Rivières. Ce faisant, l'association tente de faire d'une pierre deux coups : amasser des sous et venir en aide aux personnes atteintes du sida. Une démonstration souhaitée de l'implication de l'association dans sa communauté !

L'évaluation des années précédentes, et de 1992 en particulier, permet d'innover dans l'offre d'activités proposées aux membres. L'idée, à la base, c'est de trouver un équilibre concernant les modalités lors des déplacements et des voyages. On souhaite permettre au plus grand nombre d'y trouver son compte dans le respect des différences (les plus rapides sur la route et les plus lents). André propose de rouler en peloton de cinq motocyclistes (formation en quinconce) et de morceler en étapes les itinéraires des balades. Ainsi, tous ont le loisir de rouler au sein de petits pelotons ayant les mêmes goûts ou affinités sur la route, tout en ayant la possibilité de se regrouper aux étapes prévues. Chaque itinéraire aura été, au préalable, vu par le capitaine de route et par le responsable des activités. Ce faisant, tout le monde roule à son rythme et se rejoint aux étapes. Une manière qui deviendra le modus vivendi pour toutes les années suivantes.

Au slogan : «Bien dans ma peau sur ma moto», s'en ajoute alors un second : «Libre en roulant / libre de rouler».

1992

Révolution technologique en 1992 : le président-fondateur, André Faivre s'équipe d'un ordinateur et réalise le tout premier numéro informatisé de Le Motographe! On émet aussi au printemps l'idée d'organiser des balades tous les samedis. Un concept tout simple : les intéressés se retrouvent au restaurant McDonald, rue Notre-Dame dans l'Est de Montréal, pour la sortie. Il n'est pas encore question d'un calendrier annuel «officiel», ces randonnées sont alors spontanées. Toutefois, une réflexion s'amorce sur le comment bien encadrer de telles activités.

Dans Le Motographe, on lit qu'au début de l'été les tirages moitié-moitié aux soupers mensuels et au club-nites ont permis d'amasser 440 $. On lit également que le 11 juillet 1992, Daniel Lamontagne et Noël Leclerc accompagnent André Faivre à une rencontre du conseil d'administration de la FMTQ. Bon point : on compte régulièrement pas moins d'une vingtaine de membres aux soupers mensuels. Au chapitre des activités, le «run annuel» a lieu à Saint-Georges de Beauce et remporte un franc succès grâce à l'accueil généreux de René D'Anjou et à la participation de la majorité des membres. Ces gars viennent de Port Cartier, Ile aux Coudres, Hull, Val Morin, Cookshire, Québec, Montréal (et alentours) et Granby. La préparation de cette rencontre a été confiée à Marc Gauthier.

En cours d'année, avec l'arrivée du dynamique Michel Méthot, on franchit enfin le cap du 50 membres actifs dans une même saison. Et lorsque la saison se termine, on compte 64 membres, un succès! L'intégration des gais dans le monde de la moto va bon train grâce au travail remarquable effectué par Daniel Lamontagne, par notre membre honoraire, Allan Valente, mais aussi par notre confrère Pierre Théoret qui, comme André Faivre, est membre à la fois de l'Association motocycliste Tétreaulville et de l'AMGQ contribuant ainsi à une visibilité accrue et positive des gais motocyclistes.

Au moment de l'assemblée générale annuelle, les membres prennent connaissance des résultats d'une évaluation / sondage annuelle sur les outils de gestion, sur le travail du conseil de direction (formé du directeur et des responsables de dossiers) et le travail du conseil d'administration et ont ainsi l'occasion de faire part de leurs recommandations et de leurs suggestions.

1991

À compter d'avril, on peut retrouver le blason de l'AMGQ sur les productions maison : communiqués, Le Motographe, affiches, publicités, etc. Une image qui symbolise à la fois notre appartenance au monde motocycliste et à la communauté gaie et qui démontre notre solidarité à l'endroit de nos camarades. L'AMGQ participe à sa première parade de la Fierté gaie à Montréal, et ce, avec seulement trois membres à moto.

C'est aussi l'année du premier club-nite au K.O.X. (l'ancien, sur la rue Wolfe, près de René-Lévesque). On commence d'ores et déjà à viser grand et le mot d'ordre est lancé aux membres pour que tous mettent l'épaule à la roue pour poursuivre l'augmentation du nombre d'adhésions! Autre nouveauté, cette fois dans le calendrier d'activités : notre confrère Pierre Théoret, de Rigaud, invite généreusement tous les membres à souper chez lui, une première édition de ce qui deviendra une tradition annuelle ininterrompue jusqu'à l'an 2000.

En décembre, la situation financière s'avère précaire mais un don anonyme de 500 $ vient corriger la situation. Un geste qui ne sera jamais oublié par la suite ! À la fin de 1991, on compte déjà 46 membres.

1990

Le recrutement des membres débute de manière plus active et organisée. Le premier communiqué (portant ironiquement le no 2), daté du 12 avril 1990 et entièrement rédigé à la dactylo, indique une première activité : souper à la brasserie Le Vieux Moulin à Saint-Jérôme, le soir du 30 mai. La première sortie décrite a lieu au Village du bûcheron, en Mauricie. Cette année 1990 voit également le premier rassemblement annuel au camping Plein bois, les 14 et 15 juillet. Guy Forget, et par la suite Marc Gauthier, deviendront très actifs dans l'organisation des activités.

Une première version du blason est présentée dans le «communiqué no 4», du 20 juillet. Dans ce feuillet, on y trouve des photos et les premières cartes de membre. En septembre, ce sera une première sortie chez Guy Tessier, à Hull.

Au 22 octobre, presque en fin d'année, on compte déjà 35 membres dont environ 30 pour cent vivent en région, un signe encourageant pour les années à venir. Fait saillant : première réunion avec la Fédération de moto-tourisme du Québec (FMTQ), organisme connu maintenant sous le nom de Fédération motocycliste du Québec (FMQ). En décembre, on publie le premier numéro de notre bulletin d'association, Le Motographe, incluant la Convention des statuts et règlements généraux, nouvellement complétée.

1989 - notre création

L'organisme nommé Association des motocyclistes gais du Québec (AMGQ) est incorporé le 8 mars 1989 par son fondateur André Faivre, un actif et dévoué militant gai de la première heure et passionné de moto. L'arrivée de l'AMGQ, on peut s'en douter, a l'effet d'un coup de tonnerre dans le monde motocycliste.

La liste des membres nous indique, qu'en plus d'André Faivre, il y a eu sept membres qui ont adhéré dès cette année-là. La provenance géographique de ces personnes illustre la stature nationale qu'aura l'AMGQ dans les prochaines années : les Laurentides, Montréal, la ceinture de Montréal et l’Outaouais.

Fait à noter, le club de cuir les Barons de Montréal (MC), dont André a été le président, a contribué financièrement à la mise sur pied de l'AMGQ grâce à un prêt d'une centaine de dollars afin de couvrir les frais d'incorporation.